Partir et revenir

La réussite de tout engagement dans le cadre de la coopération internationale dépend fondamentalement de sa préparation, à laquelle il faut aussi associer les personnes accompagnantes. Ce principe vaut également pour le retour au pays, qui pose souvent tout autant de difficultés et mérite donc qu’on s’en préoccupe suffisamment tôt.

C’est surtout le premier départ qui soulève une foule de questions de nature personnelle, professionnelle et administrative. Il convient d’y réfléchir avant la signature du contrat et d’agir en conséquence.

Préparation : soutien institutionnel et responsabilité individuelle

Le soutien que l’employeur offre aux futurs expatries pour préparer leur départ est très variable. Quelle que soit l’ampleur de ce soutien, il revient aussi à la personne qui s’engage d’engager une réflexion personnelle. La durée des programmes de préparation va de quelques jours à plusieurs semaines. Certaines organisations voient dans la préparation une démarche de longue haleine qui comprend un engagement en Suisse préalable à l’affectation, l’assistance à des séminaires sur des sujets précis (comme la sécurité) ou la fréquentation d’un cours de langue de plusieurs mois.

Partir en couple ou en famille : de nombreuses questions à régler

Lorsque la personne qui s’engage part en couple ou en famille, des questions supplémentaires se posent : l’exercice d’une activité professionnelle par le ou la partenaire, la scolarisation ou la prise en charge des enfants, l’apprentissage d’une nouvelle langue, pour ne citer que celles-ci. Quelques organisations associent les personnes accompagnantes à la préparation.

Il faut dans tous les cas garder présent à l’esprit que les modèles de partage des tâches et de travail à temps partiel usuels en Suisse ne sont pas forcément applicables tels quels dans le pays de mission.

L’épreuve du retour

Après un séjour de plusieurs années à l’étranger, le retour au pays peut être aussi déstabilisant et éprouvant que l’arrivée dans un contexte culturel inconnu. Les choses autrefois familières semblent étranges, le cadre social a évolué et la situation familiale de la personne qui rentre au pays a peut-être elle aussi changé.

La réinsertion professionnelle est souvent marquée par l’incertitude, due tant à la situation du marché de l’emploi qu’au désir souvent ressenti par la personne rentrante de se réorienter ou de suivre une formation en cours d’emploi. Pour ces raisons, il est utile de s’intéresser pendant le séjour sur le terrain déjà à tous les aspects liés au retour afin que celui-ci se fasse en douceur.

Découvrez le panorama de la CI

Qu’est-ce que coopération internationale signifie? Dans le panorama du monde du travail de la CI, vous trouverez définitions, acteurs et exemples de carrière.

Prendre contact

Avez-vous des questions ou des remarques ? Nous nous tenons volontiers à votre disposition.

info@cinfo.ch

Partager cette page